La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Colchiques dans les prés, si près.

 

 

 

b3365664.gif

 

 

 

 

Cernes de sternes, seule dans mon rêve, une musique éternelle sur les lèvres, la femme n’est que brin de jasmin, garde-moi au creux de ta main. Les oies sauvages effleurent au loin le passage souterrain de mon cœur. La misère et ses caresses m’effeuillent les reins mais ce n’est rien, juste l’oubli d’un matin tant que ta main draine mon chagrin. Séminaire sur mes hanches  un tout petit bout de solfège endormi … La grive du gui chante sous la pluie, une toile de jute à Saint-Just, nos vies sous un parapluie. Bien sûr il y a eu Cherbourg un vieux conte à rebours … Le ciel dans son vieux pardessus râpé, on s’enivrait malgré un brouillard trop épais, mon rimmel hydromel. Et la rosée fuguait ruisselet entre mes seins. De mes larmes valseuses de val peu m’importait  leur ode chagrine tant que revenait aurore boréale le bleu de tes yeux. Dans tes prunelles cendrées  je visionne aeternam ce vieux noir et blanc d’un homme et une femme, coloquinte, colo quinte de deux jeunes ados, safran bâtard  … Mais mai refleurira ad vitam aeternam muguet sous l’oreiller.

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



28/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres