La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Couche tremblante ...

 

 

 

Un morceau de temps,

 

un lange dans le vent,

 

déchirer les draps d’un printemps,

 

draper lentement un corps aimant,

 

emmailloter de tendre ce vieil amant,

 

vieillir d’un soupir,

 

mes lèvres te lèchent

 

et

 

te font rougir.

 

Mes baisers te lacèrent

 

laisse ta bouche gémir

 

et

 

mes seins t’ensorcèlent

 

un triangle isocèle,

 

s’exprime avec élégance

 

un langage des sens.

 

 



05/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres