La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Stupeur estivale !

 

Les yeux feutrés de  douleur,

Je vois l’été et ses couleurs.

 

Mes rosiers viennent d’éclore.

 

Je respire leur décor.

 

Mes roses sont écloses.

 

J’ouvre une porte close.

 

L’été est fervent voyageur.

 

Je m’agrippe à son ardeur.



19/06/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres