La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Défunte poétesse …

 mon grimoire enchanté

 

Viens, viens là ! Je t’emmènerai là où le poète s’effondre au milieu de ses rêves, dans son piètre univers. Mille balancelles  bercent ses sombres vers, ses pensées se taisent dans le sanctuaire de rimes incertaines. Ce lieu où des  âmes moribondes vagabondent, insoutenable cloître, ils y sont tous, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud enfermés à double tour. Une troupe de saltimbanques joue à perdre haleine à six  pieds sous  terre. Que l’on m’enterre avec eux si mes poèmes se meurent … Rien ne brisera mes chaînes de bohème ! Si mes phrases ne riment à rien, je les laisse s’éteindre sur une page blanche. Si le verbe venait à s'enfuir de ma chair, je profanerais  la tombe de mon père pour y puiser la quintessence. Joueuse  de porcelaine, se fracasse ma main sous le souffle de ma plume. J’ai l’âme fugueuse, des rires larmoyants, infâme rieuse ! Le blasphème de mes mots s’amuse à tapisser de rouge la tanière de mes jours. Dans l’encrier  de mes veines, anicroches et   roses blanches s’interpellent. Si j’étais  prétentieuse de mes quatre sous, je me ferais reine, couronnée de gloire, mes dessous de gitane ne prêteraient plus attention à ma rébellion. Mais je suis et je n’y peux rien, soubrette de mon destin.   

 



17/02/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres