La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Dessine-moi un conteur.

 

37369_1357596940282_1242262338_30894122_8093752_nmod.JPG

 

 

Il est cinq heures et ce matin … Même si tu dors encore mon cœur … Ma main a besoin de parler et ma mémoire se laisse écrire … Vider les vieux tiroirs, bien sûr comme d’habitude une page blanche va grincer. Je regarde l’arrière temps, un coup d’œil dans le rétroviseur, il y a du givre sur mon pare-brise, la buée des maux  glisse tendrement. Je peux jouer avec les mots comme un enfant joue à la balle … La lune est claire, on dirait de l’eau … Il faut que je refasse mes niveaux, remettre à jour la source de mes yeux, ma boite à sucre est presque vide, me reste un peu de caramel  dans le pochoir à dessert, deux ou trois larmes dans un vieux mouchoir … Je tourne la poignée de la nuit, c’est fou ce que le noir a de bonnes idées …  Dans le grille-pain une tartine à cafard dore … Un goutte-à-goutte de café dans mon bol, oui ça me fait tout dôle  de ne plus jouer Guignol, ma cuillère en rigole … Le temps est une caisse enregistreuse, la TVA  se paye, métronome de môme  jusqu’au quartier de la dernière note. De la réglisse au bas résille nos pas longent toujours cette même église … De fil en maille on ressasse toujours les mêmes histoires, le Petit Poucet, Blanche Neige et les sept nains, qu’ils sont marrants ces lilliputiens tout juste s’ils parviennent à effleurer la rose … Pierrot et Colombine, on peut toujours blanchir des pleurs. Et l’éternel Petit Chaperon rouge, jolie carte postale épinglée au chevet d’un lit quand la grande affiche de la vie affiche reset à son compteur.   

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 



20/09/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres