La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

En haut de l'affiche.

 

 

 

On s’économise d’un rien et se cambre la vie deux, trois bouts de chandelle ! Envol violé d’apnée en apnée, l’anthracite hirondelle du voyage des années, soupirant au regard éternel, le temps d’un regret, s’affaire un visage d’enfant, un cœur de bohème …  Un tapis blanc, mature d’une  peau, l’ombre d’une pureté, eau de jouvencelle, l’aube d’un nouveau né, l’aurore d’un vieillard, nappe brodée d’or et d’argent, l’encens et le sucre fondent, silence. Carillonnent les cloches, les mômes tourbillonnent … Un bout de trottoir, un titi parisien, une chambre d’hospice, des rires de gosses s’endorment, draps de rides caressant des épaules.

 



23/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres