La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Encore un soleil

 

Opehlia.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rejoue-moi la divine, caresses à quatre mains, maestro nos tangos sont si loin... Encore une marche pour arriver à demain, deux mains et mes nuits blanches valsent. Armoiries d'un jupon, épitaphe d'un corsage, toutes ces roulades de dentelle fièvre blanche de mes hanches et puis le désert... Pervenches et mimosa bouquet d'une autre main, Ophélie se réveille et Mira s'endort. Je songe à nos draps défunts, tumultueuse couche le pourpre de l'innocence, j'entends la berceuse de tes reins lointain rivage. Vague océane le souffle de ta bouche suçon d'un suc d'ailleurs. Encore un pas du mendiant vers la gueuse, l'herbe se fait drue, les sanglots de l’Éden, rose à tribord et l'amour à bâbord. Á touche-touche des étoiles nos rendez-vous clandestins, les esclandres de tes gestes, un vol d'oies sauvages et déjà le ciel de novembre.

 

Rachelhttps://static.blog4ever.com/2006/01/94307/1adbe83b.gifDésir






11/04/2018
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres