La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Glèbe sentimentale.

 

 

 

Une main glissant sur le bac à sable de mon enfance, l’autre fouissant dans ce sablon chaud  une mèche de cheveux mais au loin  la couleur des champs de blés s’éteint. S’assourdit le blond sur le layon des cheveux blancs  comme un calque au crayon blanc. Ma main se refuse à écrire les plaies d’aubépine, les ronces blanches de ma genèse. Á brûle-pourpoint un souvenir pâle tourbillonne,  corolle de mon âme en éclats de danse, rose pourpre étale ta beauté sur la lagune, là où la lune devient rousse, où mon cœur se fait jeune pousse.

 

 


 



08/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres