La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Juste avant la fin du monde ...

 

 

 

Ne me reprochez pas d’écrire comme un homme … La vie est au féminin, l’amitié, la mort également et la maladie aussi, seul le mot amour reste masculin, ma plume s’avère comme moi féminine … Allez, mes rimes en euse sont magnifiques, avouez-le ! Ma muse n’est qu’une gueuse, ma gosse prieuse, ma page pleureuse, mon papier pleureur, mes lignes merveilleuses, mes vers majestueux et mon cœur un môme malheureux, une rose éclose …

 

 



20/12/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres