La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L'étrangère.

 

 

 

 

 

 

 

fsanchez_101612_0906.jpg

 

 

 

 

 

Le temps est un travelo, il maquille au féminin-pluriel les jours menthe à l'eau. Âge tendre et gueule de bois, à temps perdu je te redessine, carte postale. Et dans l'éther profond se noie l'âge des saisons. Scandinave moisson quand tes yeux réclament le cyanure d'une larme. Á fleur de drame un vol d'oies sauvages, j'entends le cri du goéland, se gonfle la grand-voile trame d'un infini voyage. Á perte de vue des cheveux blancs, une mèche blonde dans le ressac, mes premiers pas s'effacent dans l'herbe drue... Brouillon sans-abri, des rêves sans-papiers, il me faut vivre sans bruit. Clandestine rumeur j'entends encore battre ton cœur, merveille des quatre saisons. Me reviennent ces lettres valseuses éphémères, un vélin d'ailleurs, je te caresse Bohème, j'envie ton jupon blanc car me voilà pucelle au corsage dégrafé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/Boh--me.gif



24/08/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres