La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L'orfèvre du temps.

 
 
 
14sp170.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le cœur trop petit pour y loger la haine, tous ces pas de calendrier une canne à l'appui. La fugue des jours gris, traîne d'un chandail, de la mèche blanche à l'orpheline ; les vestiges d'une vie. Le deuil des esclandres, à l'abandon d'un quai le pastel d'une gare... Et confuse, ma mie, le retrait de nos soupirs. Le compte à rebours des sanglots et au fin fond d'une baie, guenilles, nos larmes d'ado... Entre la femme et la pucelle s'agenouille Marie. Les vieilles maîtresses frissonnent.  
 
 
 
*Ma mie : ma vie.
 
 
 
 
 
 
 
https://static.blog4ever.com/2006/01/94307/Boh--me.gif


22/01/2020
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres