La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

La bergère des mots.

Image du Blog chezjclaudelive.centerblog.net
 
Une larme d’encre,

 

une page blanche

 

et

 

la grande dame

 

apparaît.

 

Un voile de hiéroglyphes

 

maquille son temps.

 

Ses seins sont des rimes

 

où s’invitent des amants.

 

Rimbaud et Gutenberg

 

se font la guerre,

 

s’apprêtent goulûment à la parade

 

d’épicuriens princes charmants.

 

Elle, humble courtisane,

 

dentellière de lettres

 

s’offrant comme une voyelle,

 

s’anime en princesse éreintée

 

et

 

se meurent innocentes,

 

les ruines d'une conscience morcelée.

 

Au creux de ses reins

 

se loge un chapitre immaculé.

 

où deux demoiselles

 

se querellent.

 

La prose devient cruelle

 

et

 

la poésie se rebelle.

 

Les lignes de sa main

 

sans destin,

 

guident un recueil de satin

 

où s’éveillent des vers devins

 

et

 

soudain s’élève la dépouille heureuse de noces d’eau immortelles.

 

Celles de Georges Sand  et d’une feuille de papier

 

et

 

s’empare de son âme,

 

l’ivraie enivrante d’un livre à livrer.

 

 

 



20/08/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres