La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le chant du trottoir ...

 

 sdf_peter_flickr.jpg

 

Je l’ai rencontré sur un banc,

 

un morceau de vie

 

en noir et blanc,

 

trois ou quatre arpèges

 

sur sa guitare,

 

c’était un poète des rues,

 

tremblant derrière ses remparts.

 

Je connaissais par cœur son solfège,

 

le derrière à moitié nu,

 

l’engrenage des sans abri.

 

Le parfum du chagrin

 

sous les aisselles,

 

le bon dieu

 

leurs a donné des ailes

 

comme les oies sauvages

 

un beau matin

 

ils s’envolent …

 

Pas de bol

 

s’exclame

 

un gardien de square

 

en me regardant

 

dans le blanc des yeux,

 

encore des salopards,

 

c’était quant même

 

une brave âme.

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



17/11/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres