La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Le toucher du coeur.

 

10665093_705508766209633_6963836896251746807_n.jpg

 

 

 

 

Tombent les larmes de la prison d’octobre, septembre en frissonne, où sont les pleurs de novembre, décembre les cherche, les oies sauvages pattes-d’oie à l’orée de mon autre visage … Où est ton cœur où est l’aurore,  où est la berge de nos corps entrelacés … Á l’ombre des méandres des vapeurs d’un train fantôme, chantonne une migraine, cendres d’une mémoire, le bûcher des roses. Le ciel brandit son drapeau automnal, les nuages jupon atonal  où la rose se courbe chimère de saisons sérielles. Sous le fichu des feuilles mortes lève le nez  l’aster que la lune fuselée semble allaiter.   Nos lèvres sieste d’été, sur nos paupières somnole la rosée gelée. L’herpès du premier  baiser tout la bas herbe tremblante, j’aime l’overdose de nos mains, même lasse je n’oserai enfreindre la paume  de tes prunelles. Ne fut que le temps d’un regret, j’eus perdu les clefs de notre couche de champ de blés quand au potron-minet surgit  en haillon la robe de mes printemps fanés. La dentelle joueuse de jouvencelle ne vit qu’une saison, soupçon de venelle sous la mousson, se fait ombrelle à la fenaison. Sous le venin de l’éther se perd  la ritournelle du grand bleu  quand le goéland referme ses ailes au nid de l’hirondelle d’un faubourg.    

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



09/10/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres