La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Les pleurs de mon enfance.

Emmène moi voir la mer !

Père de ce pourpre amer,

je veux que tu me libères !

Tiens ma main tu seras fière …

Ce mur blanc d'une unique couleur.

Ce rempart noir de toutes mes douleurs.

Je n’ai plus toute ma raison …

Je ne suis plus qu'une illusion …

Je me nourris d’une autre saison …

Je ne suis que le fruit d'une fausse passion.

Je ne survis que dans les maux de ma compassion.

Je suis meurtrie, fidèle à cette querelle éternelle !

L’enfance n’est qu'une petite passerelle !

Je ne peux la passer sans tes ailes …

Guide mon âme faible vers cet ailleurs …

Ce lieu, là où mourront mes pleurs.

Je ne suis que plume et ange …

Sangle moi sur ton dos !

Je m’envole bien haut !

Je ne suis plus fardeau !

 

 



25/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres