La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Les vieux intellos.

 

 

Le silence est la noblesse de la parole, de lèvres sages enfouissant le verbe des yeux humides jusqu’au fin fond d’une gorge et la bouche pleureuse sèche ses larmes dans le désert d’une intimité cachée dessert d'une vie.   

 

Les vieux intellos... Ils ont la larme au bord des yeux, la page toujours trop pleine à la rame d'une plume rétro. Rame d'un métro s’asseyent tous leurs dimanches sur un quai, le reniflard à fleur de cœur. Guinche la pluie... Adieu les grands boulevards ! Mes amis je vais nous en aller, mes fautes d'ortho, ma dyslexie, mon enfance, ma prose libertine, tous nos sanglots post-embryonnaire dsylexique ; guinche la pliue. Parolier buvard, papier bavard mes taches d'encre du bout des doigts. Moussaillons toutes les esclandres de mes marins pagination d'une migraine. Un gamin ne s'élève pas sans grain, mes chers blancs sur le banc de mon lycée, lycéenne d'un vol d'oies sauvages. Je vous ai bordé bohème de tous mes levants, à touche-touche des fleurs du mal.

 

 Pléonasme : Typex et gomme, texte effacé. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rachel Désir



17/12/2017
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres