La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’importance du verbe d’une littéraire.

 

Là je vais être aimée, admirée et adulée !

 

Á l’automne de sa vie, la vieille femme, la sève descendante et monocorde, au corps morne, reste muette. Cette demoiselle d’un temps passé ne fredonne plus le chant d’une croupe enflammée, de l’aphasie d'un orgasme sourd, elle ne sent plus le souffle et se contente de la caresse froide d’un rayon de lune.

 

Là je vais être méprisée et mise sur le bûcher …

 

Elle ne peut plus jouir, la vieille !

 

Mais de quoi souffre donc cette humanité ?

 

Du mal du poète, d’une fausse identité, à vouloir toujours adoucir l’existence pour oublier l’acidulé de son entité.

 

I am shocked !

 



31/10/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres