La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’insouciance automnale.

 

 

 

bd490b40.gif

 

 

 

 

Une grappe de vie de ses doigts effleurée, qu’un instant lui murmure la saison de ce fruit. La quintessence de la vigne avoir pour toute envie l’incandescence d’un carmin. L’indolence de l’automne, l’indigence des feuilles mortes louvoyées d’une brise. Une lichette de vin sur le bord de ses lèvres, qu’un sarment ravive les lignes de sa main. Quelques guenilles bohémiennes, entends-tu septembre amasser à l’ancienne le pourpre des ceps … Une glaneuse de blé dans ce champ, oubliée, le chant du vigneron, une brûlure indienne sur sa peau ensoleillée, sous ses pas apeurés s’élève noble le cèpe. Un grincement de volets, le satin du bolet  de son brun enrobe l’été. 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



10/03/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres