La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Mémo mémorable !

 

 

Il est vingt trois heures neuf minutes, je suis là à déposer les mots d’une pause.

J’ose uniformément énumérer les divers tempéraments de la chose.

J’évalue le concept de la relativité émotionnelle.

La relation éventuelle entre les bouffées de chaleur et les contractions du temps.

C’est inventé dans la douleur le principe hormonal.

La rançon des hormones, la rancœur d’être femme.

Les sueurs froides de la cinquantaine jaillissent de mon cœur d’épouse et se déposent sur ma peau de femme mûre.

Ce suc indolore de pleurs intensifs !

Quand je pense à la quintessence de ma jeunesse frivole, je gambadais telle une écervelée…

Néophyte immature happant le moindre sentiment, adolescente éperdue, à présent prêtresse vendue !

Placide amertume, l’hypocrisie de n’être plus …

La peur de devenir frigide, braver la torpeur de l’âme, incandescente frénésie de rester femme !

Méno : du grec mên [méno-], mois, relatif aux menstruations ou règles
Pause :
Arrêt d'une activité
L’adition temporel :
ménopause !

L’intemporel d’une femme…



21/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres