La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Mes tendres années.

 

 

Je me souviens du bac à sable de mon enfance où j’enterrais tous mes secrets, mon journal intime de mes années de gosse, celles qui sont comme des gosses qui ont envie de jouer parce qu’ils ne sont que des gosses … Des châteaux de sables dessinés sur la plage abandonnée, je revois ce premier poème gravé sur l’écorce de l’arbre de mes quinze ans, le confident d’une lycéenne au cœur de boutons d’acné. Le premier écrin d’un roman d’amour, un noir et blanc sur ma première télé, le premier ciné de mon adolescence où j’osais à peine me laisser caresser … Je me remémore tous ces polaroids instantanés qui ne durent qu’un été  puis qui se meurent sur cette plage abandonnée où Christophe avait dessiné sur le sable son doux visage et crié Aline au-dessus de l’éternité.

 

Mon bac à sable désuet depuis de nombreuses années, je me lève à cinq heures du mat, mon livre de maths est refermé, j’ai écrit tant de poèmes sur l’écorce de mon arbre qu’il n’est plus que bois mort. Mes amourettes d’ado sont parties en vacance, j’ai dessiné tous les doux visages de mes amants abandonnés sur le bord de la plage de mon intimité. J’ai enterré mes romans entre des pages blanches, le livre naufrage de mes jeunes années, le reflet piqué d’un miroir de gosse.

 



15/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres