La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Message de l’oubli ...

 

 

 

 

1er couplet :

 

Il se promène comme d'habitude sur ce quai de gare.

Son bonnet incliné légèrement vers la gauche, seul, l’air ringard.

C’est ainsi depuis de longues années.

Ne rien changer, paraître toujours le même.

Pourtant il a bien changé.

Lui qui croquait la vie !

Aujourd’hui il a envie de rire de lui !

 

Refrain :

 

Elle n’est plus là la jouvencelle qui faisait valser le temps…

Elle n’est plus qu’ombre à présent !

L’amour n’est que passerelle où s’étreignent des oiseaux de passage.

L’amour n’est que passage où se blesse une âme trop sage.

 

2ième couplet :

 

Dieu qu’elle était resplendissante lorsqu’à son bras elle dandinait.

Dieu qu’elle était ondulante rien que pour se faire siffler.

Lui n’avait rien compris, ce pauvre idiot !

Elle lui avait tout pris, même sa libido !

A présent il sait que pour plaire à cette belle, il ne faut pas être fidèle mais rebelle !

Maintenant, elle se dandine au bras de son voisin, sa jouvencelle !

 

Refrain :

 

Elle n’est plus là la jouvencelle qui faisait valser le temps…

Elle n’est plus qu’ombre à présent !

L’amour n’est que passerelle où s’étreignent des oiseaux de passage.

L’amour n’est que passage où se blesse une âme trop sage.

 

3ième couplet :

 

Dans la nuit gémit un jouvenceau  !

Dans la nuit rit une jouvencelle…

Elle n’a plus d’âme la demoiselle !

Il n’a plus de cœur le jeunot…

Le plaisir est éphémère !

Le chagrin est éternel !

 

Refrain :

 

Elle n’est plus là la jouvencelle qui faisait valser le temps…

Elle n’est plus qu’ombre à présent !

L’amour n’est que passerelle où s’étreignent des oiseaux de passage.

L’amour n’est que passage où se blesse une âme trop sage.

 

 



19/07/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres