La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Miroir d’automne.

 

 

 

 

Il pleut ce matin.

 

Le cœur dans un écrin,

 

je n’ai pas envie

 

de lui lâcher la main.

 

Et la vie se rit

 

des mes tracas, de mon chagrin.

 

Et le temps se moque

 

de ma détresse, de ma faiblesse.

 

Et mes rimes deviennent détresse.

 

Sur le chemin des vagabonds,

 

mon âme fait des bonds.

 

De ma poche trouée

 

s’évadent des soupirs,

 

un refrain ivre d’une mélodie

 

et mes mots soupirent.

 

Mes phrases rouées,

 

grimoire d’existence,

 

se baladent sans escale.

 

La blessure d’une page tournée

 

d’un chapitre de l’éternité,

 

j’entends les cymbales

 

d’un vieux livre,

 

celui de ma bible

 

qui jure

 

et me convie à un bal.

 

La valse de l’amitié

 

vagabonde dans l’espoir,

 

ivresse d’un soir

 

et vient s’asseoir

 

là juste à côté

 

de mon désespoir,

 

l’intimité de son regard.

 



24/09/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres