La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Miroir de mémoire.

 

 

 

dossier_ecriture2.jpg

 

Écrire c’est le sevrage du parler.

 

J’ai l’âme marine, boussole tzigane, écrire c’est dégrafer le corsage du temps. Faire perler chaque seconde, c’est laisser  tanguer les heures, balancement  de hanches et s’évanouir sur une page blanche pour n’être que tache d’encre. Où l’immaculée se fait couche céruléenne, draperie bleutée où le verbe navigateur bohémien devient ecchymose sur le rebord des  lèvres où la rose se fait torche au fond d’une grande poche, le cœur. La fleur de lys en bouche, les iris en alexandrin,  la balade des veines, peindre l’eau vive sur la toile de vie, pour tout pinceau l’arche des mots.  Écrire c’est flirter avec l’aubépine et câliner la rancœur, s’engouffrer sous  un porche fantôme, s’égratigner aux épines du cercueil des poètes et s’agripper à ses poignets et s’offrir à la main de dieu et se damner, diable des yeux.

 

Les pensées sont le biberon de l’écriture.

 

Les pensées sont le sein maternel de l’écriture, elles allaitent poèmes et prose.

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



21/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres