La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Mon encrier amant de toujours.

 

 

 

Je ferme mes paupières

 

ce soir

 

sur le désespoir.

 

Car mon drame

 

n’est qu’un mage,

 

un mage de l’espoir.

 

Car mon âme

 

n’est qu’une image

 

une image de désespoir.

 

Je ferme mes paupières

 

sur l’espoir

 

pour un soir.

 

Aubade

 

de deux âmes  louves,

 

s’ouvre au clair de lune

 

le chant de l’incertitude.

 

Je ferme les fenêtres de l’absence,

 

la porte de l’espérance,

 

chacun ses persiennes

 

sur terre de sienne.

 

Et tombe le deuil de la patience

 

au seuil de l’impatience.

 

Les larmes de l’indifférence

 

perlent 

 

comme un firmament

 

cueille

 

les pleurs de la différence.

 

Deux amants

 

de faïence

 

une plume

 

et un cœur de poète

 

en partage

 

comme une prière

 

s’accouche un poème

 

d’une encre amoureuse

 

de ma main heureuse

 

et se terre

 

silencieux

 

mon galant de papier

 

et s’endort

 

poltron

 

mon crayon 

 

dans le bleu

 

de mes yeux voilés.

 



25/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres