La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Noces de cuivre.

 

1896842_603988446361666_1686489493_n.jpg

 


 

J’ai cueilli en chemin

 

ces quelques  fleurs

 

de ma main

 

en sa paume soupirs.

 

De mon regard en exil

 

tisseur sans fil,

 

gerbe morte

 

tout au fond de mon cœur,

 

j’avais oublié le parfum

 

de la rose,

 

sa belle robe éclose,

 

la fièvre d’une chambre close.

 

Du bout de mes cils

 

j’ai effleuré  un pétale égaré,

 

sous mes paupières

 

écluses fermées

 

de deux ou trois corolles

 

j’en ai en fait des prisonnières

 

pour offrir

 

à mon bien aimé, en dot

 

cette jolie farandole

 

le jupon de nos tendres années.

 

Á celui qui n’est qu’un

 

sur chaque chemin

 

de ma bohème.

 

Á cette rose des vents

 

qui nous emmaillote

 

comme des nigauds

 

aux quatre points cardinaux

 

de l’amour.

 

Á l’aurore du dernier instant

 

de l’ultime je t’aime,

 

je tisserai maillon d’un jour

 

un ourlet  à ton cœur

 

brodé  d’un fil d’or

 

de mes petits doigts

 

sous notre toit

 

aux effluves de jasmin.

 

où les anneaux

 

de nos deux mains

 

ont cueilli ensemble  les immortelles

 

d’un jouvenceau et d’une jouvencelle.

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 



08/05/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres