La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Plume mon hérésie.

 

 

Trêve de minuit,

 

dans les yeux de ma douce,

 

oh toi la lune sois ma cavalière !

 

Fais moi valser au milieu de mille lumières.

 

 

D’ombre et d’incertitude est mon pas de danse.

 

Embrase moi sur la piste de mon existence.

 

Je suis l’enfant volage.

 

Je suis môme de passage.

 

Mes voyages sans répit,

 

d’étoiles et de rimes

 

m’enivrent.

 

Á l’infini,

 

je suis sortilège,

 

gosse de poésie.

 

Ne renie ni mes rêves,

 

ni mon ennui.

 

Sur de frêles poèmes

 

je deviens bohème de nuit.

 

De ta bouche céruléenne,

 

alizé de mes lèvres

 

naît   mièvres

 

mes syllabes bohémiennes.

 

Moi je perds souvent pied

 

au creux de mes vers,

 

noyée dans la latitude de mes maux.

 

Mes mots voguent au trémolo.

 

Une page blanche

 

tremble sans pitié,

 

escamotée de mes phrases moirées

 

de ma verve,

 

tremblote

 

de  verbe,

 

pris hier,

 

prière

 

d’âme,

 

belote,

 

ma vie,

 

partie de carte,

 

dame de cœur,

 

atout cœur

 

et rebelote.

 



18/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres