La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Plus jamais ça !

 

 

LARME DE FEMME

 

 

Cette nuit j’ai conjugué le verbe cauchemarder à la première personne du singulier !

 

 

Une bave de larve se tortille devant mes yeux sur un grand écran. Je vois défiler une ombre sage … Elle semble dessiner un visage, ces traits ne me sont pas méconnus … Malgré le manque de netteté, je reconnais bien là la courbe de mon nez. A présent j’aperçois une forme diffuse, c’est bien ma joue mais pourquoi est-elle si creuse ! Ma bouche n’est plus joueuse mais voleuse de souffle … Des râles d’une autre existence tourbillonnent, je les entends d’où proviennent-ils donc ? De ce drôle de film qui m’hypnotise … Des couleurs chaudes tournoient au-dessus de mon crâne. On dirait des volutes de fumée colorée venues d’un monde lointain. J’y suis belle et bien en enfer, ses flammes  jaspent ma chair, la marbrure de mes entrailles  devient écarlate. Oh grand Dieu ! Qu’as-tu fais de ma carcasse ! De la voir ainsi dénudée, brûlée par l’indifférence d’un vécu cocasse, de vêtements de bouffonne, je me suis accoutrée ! Une  pancarte vautrée sur mon dos le fait courber … De mon propre regard  désinvolte j’espionne chaque recoin d’une ancienne vie espiègle. Mes dix ans se sont éteint le jour de mes onze ans, mes vingt ans  se sont dispersé  dans la cendre des années. Bourgeoises et commères  ne me font plus la fête ! Ce que c’est chouette dans ce pays ! Jacasseries et tracasseries ne me sermonnent plus ! Elles  ne sont plus que cadavres exquis !  La mort c’est une parodie où l’on rit et revit de n’être plus en vie !

 



02/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres