La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Poétesse blême.

 

 

 

Elle est bien mienne,

 

ma vie de bohémienne,

 

Papa, maman,

 

je vous le dis,

 

je vous le confie,

 

vous mes deux dispersés amants.

 

Cette demoiselle de quarante huit années,

 

se tourmente

 

d’une criée d’identité, d’un gène non identifié

 

et tempête d’une gêne exacerbée.

 

Mon âme désappointée que dis-je  plutôt déplumée !

 

Reste cependant aventureuse cavalière

 

ne se laisse point désarçonnée

 

et mène son bal de noble ouvrière sans belle manière.

 

Je vis à l’arrache, arrachée, désorientée

 

ce n’est pas là une rime convoitée,

 

je versifie avec celle-ci à l’arrachée …

 



26/07/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres