La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Poubelle la vie !

 

 

Pourquoi faut-il que ces grands savants soient si versatiles ? Que savent-ils réellement de notre si petite existence … De leur diagnostique hâtif naît une vie futile. Depuis ma dernière infiltration, des brûlures d’estomac partagent toutes mes nuits entre elles et moi c’est l’apothéose de la misère ! En mangeant comme un moineau, quatre kilos sont venus me tenir compagnie  pour enjoliver mon corps, en seulement deux semaines  … Ben oui la cortisone c’est reconstituant !  Mes tracasseries incessantes de patiente deviennent abusives … Une particule de ma conscience teinte le glas de ma patience. C’est par inadvertance que la mélodie de mes maux devient sonate, une symphonie inachevée interpelle ma destinée … Faut-il que je grave les hiéroglyphes de mon désespoir sur les cieux de mes entrailles pour que se taisent enfin les douleurs de mon âme ! La plaidoirie de mon inconscience me brûle les veines … L’incompétence de mes sentiments moralistes, ma philosophie se meurt, exacerbée par l’amertume des portillons de l’enfer. De mes pensées mortelles suinte une colère immortelle ! Ce n’est rien , juste le narcissisme d’exister ! L’existentiel des essences d’un être se perpétue malgré moi … Mars, avril, mai, trois interminables couvents, couvertures glaciales de ce monde à part qui est celui de la souffrance. Un pastel anthracite, un ton passif de plus  brame la désinvolture de mes excès de simple mortel, criminelle volontaire, victime d’être vivante …

     




0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres