La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Prélude.

 

Le cœur en bac à larmes, la migraine du temps effeuille mes pensées, la dépouille de mes sentiments à même le sol, plainte d’une âme embryonnaire. La nausée d’automne, je questionne des choses qui peut être n’existent pas, mes mots de tête, mes maux de conscience … Il y a trop de : et moi et moi dans un sans émoi … Patrimoine d’un être, patrie, moine sans espoir, être lamentable, allongée sur une plage, ma muse me bouffant la cervelle, les entrailles à ventre ouvert … 



04/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres