La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Doucereuse …

 

J’écoute le silence, c’est long l’absence du bruit … Mes yeux papillonnent, révolutionnaires de mon monde. Je ne sais plus faire l’amour au jour, courtisane noctambule, je caresse, somnambule, la courbe de mes rêves. Chimérique terre d’un autre moi, des nymphes épousent mon corps. Vertige de mon être, mon âme se dérobe amoureuse d’un autre temps. Des images déambulent, belles comme des anges, sauvages comme l’adolescence, les mages d’une nouvelle existence pleureuse comme un adieu. J’hurle à Dieu ma dernière volonté de n’être que femme enveloppée  de poèmes et d’une mélopée  bohème. 

 



18/05/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres