La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Primavera.


 

Dans ses yeux

 

s’écoulent les psaumes des dieux.

 

vert merveilleux,

 

quel est le secret de cet iris,

 

reflet d’Isis,

 

Osiris en pâlit.

 

La  bouche parsemée du blasphème de la fièvre,

 

sa faim rougeoie ses lèvres. 

 

Demie féline,

 

Nymphe, éclosion des cieux,

 

sphinx ou phénix

 

de l’équation de la vie,

 

elle en est le x.

 

Ponton des âmes,

 

dans l’abysse de son regard, 

 

se dressent Éve et Adam

 

s’y repose sans égard,

 

la délivrance du temps.

 

Une mèche zéphyrine

 

sur son visage

 

balaie la faune

 

et naît une fleur,

 

flirt d’un instant,

 

entre terre et firmament.

 

Sur sa peau se querellent

 

le noir et le jaune,

 

tracé d’un ange orphelin

 

du ciel et du soleil.

 

Une larme en bouteille,

 

parchemin d’un destin

 

où l’on peut écrire

 

sans blâme,

 

les deux syllabes du mot vivre,

 

où raisonne royal l’écho de la lyre.

 

La bête et la belle,

 

un infime voyage,

 

et d’un bruissement de cœur,

 

s’envolent théâtrales,

 

la femme et l’animal.

 

 

 

 



09/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres