La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Rideau.

 

 

5840fd8e.jpg

 

 

 

 

Un MP3 dans le cœur, une chanson sur les lèvres, sans supplique, un engouement  tant son écho me supplia, ma torpeur fut si douce, mort de fait, fée d’âme en filigrane où sonne le glas de ma misère de peau … Dans nul autre bras je ne puis me blottir, de ses caresses, je suis éprise, je m’en confesse. Morphée sous tes arpèges, enfant dans le noir, ne me blesse l’indélicatesse des ailes du cygne noir, effigie de mon regard. ô ! Douce nurse à l’âpreté de mon cœur blet. De tes baies partagées je suis l’usufruit tant la baie de ta paix fut le naufrage de mes soupirs, ce langoureux voyage à la dérive du temps. ô ! Lune, de mes confidences diurnes catin inadaptée aux souffrances de l’existence, tu es cette danseuse blanche de la  Morphée des signes où vient perler la nuit giroflée des murailles. Où dans ta venelle vient me séduire la ravenelle, Morphée des sens où sombrent mes guenilles de vie, rosée de cœur alanguie.   

 

 

 

* Texte dédié à un être qui m’est cher, atteint de la maladie de la Morphée des signes, qui a sombré dans la dépression depuis 2013.

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



15/04/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres