La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Souffle le vent du large.

 

Sur la plage abandonnée,

 

des reflets mouillés, 

 

des larmes éparpillées,

 

éphémère parfum,

 

modeste album

 

d’une présence

 

qui s’estompe.

 

Un bout de papier

 

sur une jetée,

 

comme du temps gaspillé,

 

des miettes

 

sur un bout de chemin,

 

(Hein mon amie ?)

 

on les ramasse précieusement.

 

On les aime tant !

 

Un cœur

 

qu’on assassine

 

pour s’inventer un destin.

 

Une âme sœur

 

qu’on avait dessinée

 

sur le sable

 

et une vague

 

qui la décime.

 

On se sent à demi vivant

 

à moitié chacal.

 

On n’est que mendiant.

 

Sur les épaules un châle

 

où discrètement on chiale.

 

 



07/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres