La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Aube chancelante.

 

1016313_465277826899396_631932272_n.jpg

 

Harnachée par le temps,

 

harnais  aux dents,

 

le traîneau des saisons,

 

dans un petit coin

 

de mes reins

 

laisser refleurir

 

la marguerite

 

et voir s’épanouir

 

la rose

 

au creux de mes seins.

 

Laisser se flétrir

 

la compassion

 

rideau de fenaison,

 

éperon au cœur,

 

croire en un autre horizon,

 

j’ose.

 

Dans un élan de passion

 

s’enivrer de l’ivraie

 

d’un vieux printemps

 

se revêtir pour un jour

 

de  livrée de toujours,

 

à la boutonnière la fleur

 

de Danton.

 

Plus tard nous mourrons

 

étouffés du chiendent.

 

Mais à cet instant,

 

monter les accords,

 

faire valser nos corps.

 

Laissez au dehors

 

un ancien décor,

 

le mouron et Platon.

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



27/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres