La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Un tout petit rien, hoquet.

 

3hwmeaqw.gif

 

 

 

 

Ce n’est rien qu’un petit rien,

un tout petit rien de loquet,

le coche coquet,

la charmille ok.

Le sable se meurt, 

honneur à la dame,

quand au frais cancan

s’enrôle la douleur,  

requiem avant sonneur,

le givre dormeur

s’allègue rêveur,

french cancans.

Le temps à bâbord,

prière à bord de lèvres,

je fuguerai

paupières au vent.

Bise de communiante,

bouché bée,

bise claudiquant,

glisser sur la pente,

clopin-clopant, 

servante je m’enivrerai …

À la porte du temps

là où la nuit ferme ses yeux,

grimoire d’enjambées,

mon trottoir te regarde. 

Cahin-caha

un frisson de galet,

brise-larmes,

la gourmande,

la grande baie,

pochoir de fièvre, 

à la main la chandelle des cieux,

écrit à la main le dernier matin.

Tribord, 

la galette des rois,

au fond du bois

la beauté d’une hors la loi,

fusain du bout du cœur

s’en va s’en vient l’ancien. 

 

 

 

On ne rattrape pas le temps passé … Mais le temps s’évapore et se pérennise gouttes de rosée perlant sur les matins d’été.

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 



25/08/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres