La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Une écluse et un quai …

 

10599703_644338559007500_2197829155298611996_n.jpg

 

 

Tes cheveux longs caressent l’oreiller c’est le jour qui s’oublie, le blond du soleil qui s’endort. Mais ta bouche, luciole,  implore encore l’effluve de l’aurore … Par un matin d’octobre, le rossignol mendiant  a chanté si fort … Damné ses ailes  pour un adieu à ton corps. Petite femme au cœur de cendres, l’amour et le diable au corps ont figé  ton histoire.  Graduer le temps  de chemise en drap, d’échelon en harpon, un craquement de hanche, un déchirement de jupon, des soupirs en alternance et s’envole la dernière vague, fièvre fugueuse, salin de peau  … Quelques miettes de regard, chiffonnade de larmes, lame de fond, l’a cappella  du grand bleu au fond de tes yeux. Surnage dans ta mémoire le naufrage d’un marin, myriade d’étoiles marines,  un goéland feu follet  d’un phare couvent de tes paupières s'ébruite en battements de cils.   

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 



25/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres