La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Ô pâle rose.

 

 

Sur tes pétales la caresse de mes maux, peine non éclose, s’évanouir … Ô doux plaisir !  Au creux de ta corolle dessiner de mes lèvres l’absence, naissance ma douce de ta vie en danseuse,  nymphe sulfureuse. Ô tendre  hérésie ! De ta sève assoupie je bois jusqu’à fin du calice, de ma bouche s’émerveille le délice de l’envie. De tes épines je fais ma patrie, indécise et soumise, Ô fruit de caprice ! De ta sève je suis l’expatriée, sous ton feuillage, soleil gisant.

 




02/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres