La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Abime noctambule.

 

Deux amies sans phrase charnelle,

 

une lettre qui ne peut être signée,

 

quelques mots négligés pour laver une angoisse. 

 

Une caresse à l’arrache que l'on voudrait

 

arracher.

 

Cette rose blanche qu’égraine ma conscience.  

 

Une détresse qu’on voudrait soigner 

 

tant de larmes tendresse que l’on pourrait verser,

 

pour épurer  cette peine

 

 comme l’océan inonde sa propre plage

 

 pour filtrer son  sable.

 

Un baiser traînard parce que c’est le dernier

 

d’un soir.

 

 Un reflet faiblard d’une âme que l’on

 

voudrait dérober. 

 

Une main qu’on retient comme un rêve qu’on

 

voudrait goûter.

 

 Un mime que l’on dessine avec la mine du

 

désespoir.

 

 Les sons d’un clavier traînassent encore

 

quelque peu sur un écran brisé.

 

Oh toi ma lune ne sois pas si hâtive !

 

Ne m’inflige pas à nouveau cette supplique …

 

Fée de l’amitié laisse moi encore apercevoir

 

son image même si ce n’est qu'une longue traîne

 

noire  d’un au revoir.

 



22/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres