La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Alizé d’une pensée …

 

Dans notre garçonnière, mon verbe indiscret se fait gestes secrets. Mes yeux envoûtés d’un rêve enivré, pleurent la balade de mon âme vagabonde. Le cri accoucheur d’une verve apeurée  où ma bohème se dessine. L’insolence de ma jeunesse dégringole, endormie sur l’escalier du temps et se fane une anémone  qui n’a jamais su éclore dans ce monde incolore. Pourquoi vouloir offrir le rouge d’une vie aux pétales d’une rose albinos ?

 

 



31/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres