La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

L’escale des minutes …

Bonne soirée à tous

 

Il est quatre heures trente, j’entends le murmure du silence qui me susurre le bruit de la nuit. Jours pairs ou impairs, j’avoue, je m’y perds un peu … Une vague d’incohérences  jaspe mes sens malappris. Quelle inconvenance, tout est si imparfait … Ma vie folle s’écrit au futur et moi je vis au passé. Une suite saccadée tremblote dans ma conscience c’est comme une existence en intermittence. Des jours au rabais, des nuits censurées, des regrets à volonté, ils ont le temps de se promener à leur gré … Le grès de ma terre s’effrite lentement, elles me maternent mes longues soirées d’hiver.   C’est la lumière d’un smur qui égaie mes heures, l’alarme en cadence d’un esprit qui s’oublie … Le crépuscule me rend vierge … Ça fait longtemps que je ne prie plus la Marie ! Une  vierge noire à la couleur pourpre, Jésus je ressens ton crucifix, ma peau se desquame, ma chair saigne, mon âme se lave dans un mauvais bénitier.  

 



15/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres