La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Respirer à petit bruit.

 

 

 

Juste une page jaunie du livre de l’oubli, écrite un jour de mélancolie, une solitude sourde grappille quelques instants de nostalgie. Á petits pas timides, pubertaires, inlassablement les fleurs du mal de Baudelaire restent mon ambroisie  … Sonnent les vêpres du cœur,  l’esprit de Noël inonde les foyers mais mon âme aveugle, vespérale, chemine sans bruit. Les abcès noctambules  de ma conscience déambulent sur un filet de mémoire. Grimoire de fièvre, sépulture  de mes vers, où ma prose infidèle joue la roturière  invitant, effrontée, les maux de ma bohème. Une ascension en cordée, juste moi et ma vie où toutes deux amoureuses et femmes solitaires, solidaires, marchons en osmose  mais la varappe est rude, la cordillère des anges, la corde, fil d’Ariane, s'effile …

 



10/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres