La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bonne nuit ...

 

Mes larmes prient, mon sourire s’enfuit, malappris de ma conscience libertine. Mes yeux et ma bouche figés, mes lèvres égoïstes, commissaires  d’une envie surprise, la nuit tombe et s’endort près d’un tombeau fantôme où le noir et le blanc s’amusent, se guerroient comme de jeunes gosses, des chenapans innocents. Désorientés, leurs sens en confusion, ne trouvent plus le chemin, des ombres chinoises sur un mur transparent … Un regard et un soupir pour de rien défont leurs liens, pour un rien  l’obscurité de leur territoire occulte se donne en chien, dernier terroir cultivé.



03/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres