La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Mi leurre, mi confession …

 

Je me sens comme un petit enfant fatigué de n’avoir jamais su jouer, cet accident de parcours. Ma fatigue s’étale, nonchalante … Comme une chaloupe à la mer chavire consciente la mort dorée de mon enfance  … Je naquis par inadvertance …

Oh père ! Sais-tu combien j’ai envie de dormir de ce sommeil si profond … Celui qu’on s’inocule en fin de vie. Je conserve cette douleur au bas de mon dos, cette courbature quémandeuse … J’ai si froid ce matin … Mère retiens encore un peu ma main …

 

Je suis fatiguée par ces nuits à demi blanches à demi noires, le corps et l’esprit finiront bien par s’agenouiller ! Étant donné que mes écrits ne sont qu’images et fiction ! J’ose espérer que vous l’avez compris …  Alors prêtez moi votre mouchoir mais seulement s’il n’est fait que de dentelle … A plus tard mes chers lecteurs  !



20/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres