La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Plaidoirie de mon âme …

 

 

 

 

Un mal et bien me chahute, une porte coupe souffrance de mes plaies d’enfance. Juste un vent d’automne, des pensées blanches parsèment mon jardin secret. Les coups de fouet de l’existence, le temps à l’échafaud, l’écho de la pucelle d’Orléans, un souvenir geint dans ma poitrine comme un gosse. Mon sein gauche palpite, blasphème comme un mendiant … La main tendue d’une muse recluse, embastillée dans le ghetto des sentiments, un corps mort pour une ruée vers l’or, une courbature au bas du dos comme un cri de doléance, je me sens comme une poupée de coton ...

 



14/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres