La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bonne nuit ...

 

 

 

Fleur au cœur éphémère,

 

pleurs d’automne,

 

les sanglots d’une mère,

 

les mains en corolle

 

comme une prière,

 

des feuilles d’hiver

 

tourbillonnent,

 

celles d’hier.

 

Prises au piège,

 

sentinelles

 

du temps,

 

elles veillent

 

bergères

 

du vent,

 

infirmières,

 

des cieux.

 

Les yeux en éveil,

 

l’âme en cercueil,

 

le cœur en poudrière,

 

l’amour sur les paupières,

 

les sentiments dans un recueil,

 

mes vers comme un écueil,

 

colérique mer,

 

bercent l’amer,

 

blasphèment

 

l’orange amère

 

d’une ventrière.

 

 



25/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres