La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Boucle d’or.

 

10389979_647055352054975_8320593605071899681_n.jpg

 


 

 

   Tôt la bise réveille

    les ardeurs endormies.

  

L’ouragan et l’orage,

lumière et rosée,

    gouttelettes sur le ravin 

   de son corps en ivoire,

écluse d’un miroir.

  

Remonte le flux des amours d’antan,

   éloge dans le vent,

 le vent emporte l’encens de fous baisers

taille en toute beauté un encensoir.

 

Comme un oiseau blessé

murmure un cœur abandonné 

 

entre vieux chemins,

 l’air ensorcelé,

ses pas sont les miens,

fuselés d’une bohème.

 

Les feuilles murmurent

 aux oreilles du temps,

ensorcelante mélodie.

 courbes parfaites au cœur du soir,

 ardent désir à rêver la source à boire.

 

Ouvreuse cambrée,

s’offre à l’adage,

pliant les heures, sainte sage.

Les corps résonnent à l’approche de l’orage

fuyante horloge,

ni gris ni rose

 les âmes fusionnent en apothéose,

la baie des anges recueil

de râles  ambrés.

 

Les vagues émoussent les corps en rage,

mousson sauvage à l’embrun d’été

ambre exotique, caresses veloutées

 s’époumone  une voûte charnelle ciselée.

 

Sueurs, perles entre les saintes collines,

madones courroucées.

Flux et reflux rythment l’élan

sous sa tenture berce le bébé,

touarègue  ensorcelé

s’éveille

 bouche bée,

 tête haute fier aux aguets.

S’adonnent deux jolies pervenches,

ses seins  en bandoulière

ses hanches

 en belle jarre anse

et la belle danse, écueil,

 noctambule valse

d’une ballerine de rivière.  

 

Coécrit avec AL 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 


 

 

 

 

 

 

 

 



16/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres