La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Braille d’un court-métrage.

 

 

 


 
    
 

31 10 2015 - 1.jpg Sans titre.jpg


    
  

 

 

 

Oui tu vois … Depuis que tu es partie, elle a les lèvres pincées ma vie. Un vol de cils à marée basse. Ce quai à l’envolée des peupliers, me reste un jardin glacé où oiseau déniché, les ailes recroquevillées, je suis ton ange inachevé. Un port d’attache sans étal sur le parvis. Allez ! Deux trois kilomètres … Mes pompes usées cheminot du désert. Arrêt sur image, vacille ma mémoire, s’amoncèlent Grenelle les souvenirs. La mise à pied d’un rêveur du revers de ma prunelle. Tousse mon sein à cette Toussaint, je crois que j’ai pris froid sous ce vol d’oies sauvages rampe de ton éternité. Bien sûr il y eut tous ces bagages te sanglant d’un rêve, il fallut bien éteindre le carrousel, la manivelle de tous tes chevaux de bois à la main. Pour toi ces roses blanches, que nul temps sauvage n’effeuille le langage des anges, au grand peintre j’ai dit :

- « Aquarelle ! »

Il a répondu :

-         «  Pastel … »

Et te voilà dans ton lange au mille veilleuses.

Mon cœur débraillé bat trop vite …

Mon cœur.

 

 

 

 

Á maman, ta môme aux yeux clairs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

signature_3.gif

 

 



01/11/2015
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres