La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Bruit du temps.

10361327_718970394863470_1460640286716017854_n.jpg

 

 

 

 

 

Rêve paillasse crève-cœur,

 

à l’heure des langueurs,

 

une mélodie sur les lèvres,

 

une fleur d’hier,

 

les pansements de ma gueuse.

 

Le crachin des tranchées

 

le vent l’emportera

 

linceul blanc.

 

S’enfantent les hirondelles,

 

cœur de soldat,

 

la félicité droit devant,

 

à tire-d’aile

 

loin de pas lépreux,

 

l’alleu.

 

Sous l’ombre d’une yeuse,

 

mon émigré,

 

je serais ton infirmière,

 

ta mie,

 

la jupe légère

 

au jupon de fièvre.

 

Il est des trains fusillés,

 

fantômes de quai

 

où une main frémit,

 

tamis de misère.

 

* Gueuse : vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif

 

 

 



27/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres