La nudité de l'esprit.

La nudité de l'esprit.

Charleston.

 599615_304605752966605_1361009874_n.jpg

 

 

 

 

Et dans mes langueurs automnales tu seras l’ombre de mon marquis de Sade. Sur la grève artiste de vie au ralentit, du bleu sur les paupières, un long frisson sur les reins, ta main au loin, sur ma peau se givrent toutes tes caresses et tes mots s’éteignent chandelle étouffée par le sable froid. S’il n’y a que les sanglots pour laver l’orgueil de mes yeux alors je pleurerais sans fin. Souffrir à en faire pleurer l’été et t’aimer à te chercher encore sous la fonte des neiges. Et traîne dans ma mémoire ce drôle de vieux rock’n’roll.  

 

 

 

 

 

big_artfichier_94307_1194516_201209101702736.gif



06/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres